Cotes turf : comment fonctionnent-elles, à quoi servent-elles ?

Toutes les explications sur les cotes turf : que représentent-t-elles ? À quoi servent-elles ? Comment les utiliser ? La rédaction de Casaque Verte est là pour tout vous expliquer !

Cote turf : les meilleurs sites de paris hippiques

Quels sont les meilleurs sites de turf pour profiter des cotes et placer vos paris hippiques ?

BookmakerOffre de bienvenueProfitez des meilleures cotes au turf
ZEturf
ZEturf Prix d'Amérique
Jusqu'à 100€ de bonus avec le code TURFAMAX 
PMU
Logo-PMU.fr
1er dépôt doublé jusqu'à 100€ Jusqu'à 200€ de bonus avec le code HIPP***
Genybet
Grand Prix d'Amérique Genybet
Jusqu'à 200€ de bonus
Betclic
Logo-Betclic-100
Jusqu'à 100€ remboursés en freebets sur le 1e pari avec le code BETGDP 
Unibet
Logo-Unibet-green-100
Jusqu'à 20€ de bonus en cash avec le code UNIVIP

Cotes au turf : définition

Au turf, la cote est calculée en fonction des enjeux en simple gagnant. Si un cheval affiche la cote la plus basse (par exemple 2/1), on dit qu’il est favori de la course. À l’opposé, si un cheval affiche une cote élevée (ex : 60/1), il est outsider.

Par exemple, si vous jouez en jeu simple gagnant un cheval à 2/1 et que ce cheval gagne la course, alors cela signifie que vous ferez un bénéfice de 2€ pour un euro joué.

En cela, la cote est différente du rapport probable en simple gagnant, qui lui inclut l’euro misé.

Autrement dit, pour un cheval à la cote de 2/1, on dira aussi que son rapport probable en jeu simple gagnant est de (2+1)=3€.

Sur PMU.fr comme sur Equidia, lorsque vous suivez les courses en direct, ce sont les rapports probables en jeu simple gagnant qui sont indiqués, et non les cotes comme cela est parfois dit par abus de langage. 

La cote au turf : ce qu’il faut savoir

Le système des cotes turf est différent de celui des sites de paris sportifs. Si vous misez sur un résultat de foot chez un bookmaker, la cote est fixée à l’avance. Autrement dit, vous savez avant combien vous allez gagner en cas d’événement favorable.

Aux courses hippiques, la donne est tout à fait différente. Le calcul de la cote fonctionne sur le principe du pari mutuel. C’est d’ailleurs ce qui se cache derrière le nom PMU : Pari Mutuel Urbain. Comme les mises évoluent en permanence jusqu’au départ de la course, les rapports probables en jeu simple gagnant évoluent aussi.

En résumé, aux courses hippiques, la cote :

  • Varie en permanence : elle n’est vraiment fixée qu’au début de la course, lorsque les enjeux sont définitivement bloqués. Vous ne pouvez donc pas savoir exactement combien vous allez gagner avant que les chevaux ne s’élancent. Cependant, le rapport probable en jeu simple gagnant affiché juste avant le départ vous donne une indication très proche de la réalité.
  • Dépend de la masse d’enjeux des joueurs et pas directement des chances réelles qu’un cheval a de remporter la course. Même si ces deux facteurs sont plutôt corrélés, un cheval peut gagner la course alors que sa chance ne sautait pas aux yeux. C’est ce que l’on appelle un outsider. Aussi, un cheval peut être très joué et décevoir. C’est un favori battu.

👉 Pour comprendre précisément comment est calculé et évolue le rapport en jeu simple gagnant, consultez notre article “Chevaux les plus joués : comment les trouver ? Peuvent-ils nous être utiles pour parier ?”

Utiliser les cotes pour savoir combien vous pouvez gagner

Si vous misez sur PMU.fr, comme sur l’ensemble des sites de paris hippiques, les rapports probables en jeu simple gagnant sont clairement affichés.

Exemple sur le Prix Gaston Brunet, Groupe 2 disputé samedi 2 septembre 2023 à ParisVincennes. Voici les rapports probables en jeu simple gagnant à 15h55 (fond gris) et à 16h00 (fond vert), autrement dit 30 à 25 minutes avant le départ de la course (16h25) :

Voici maintenant les rapports probables à 5 minutes du départ (16h20) de la course sur PMU.fr :

Et sur Unibet :

Puis l’arrivée et les rapports de la course :

sur PMU.fr

et sur Unibet :

On constate donc que les rapports probables évoluent en permanence jusqu’au départ de la course. En outre, ils sont différents d’un opérateur de paris hippiques à un autre, entre PMU.fr et Unibet ici en l’occurrence, tout simplement car les masses d’enjeux et les paris engagés ne sont pas les mêmes.

Au final, sur cette course, le rapport gagnant pour le 10 Jushua Tree est plus élevé sur PMU.fr (1.30) que sur Unibet (1.10). En revanche, le rapport placé du 6 Jakarta des Prés est légèrement plus élevé sur Unibet (3.20) que sur PMU.fr (3.10).

Cote au turf : comment s’en servir efficacement ?

Comme nous venons de le voir, la cote fluctue jusqu’au départ de la course. Si vous êtes un joueur de simple gagnant, rien ne sert donc de jouer la cote trop tôt. Mieux vaut analyser la course en amont, puis attendre les dernières minutes pour regarder les canters d’échauffement et prendre vos paris.

Au trot, les canters permettent notamment de voir si un cheval est nerveux et se met au galop. Dans ce cas, il est plutôt recommandé de s’abstenir de le jouer, en particulier s’il fait partie des favoris. Au contraire, les canters d’échauffement peuvent aussi permettre de détecter un bon outsider, autrement dit un cheval peu joué par rapport à la forme qu’il semble montrer au moment de l’échauffement.

Un cheval peut faire l’objet de forts enjeux sur ses chances, qui affectent sa cote, dans les minutes qui précèdent la course. C’est ce que l’on appelle dans le jargon hippique une prise. Le fait qu’il y ait de l’engouement sur ses chances peut être interprété comme un indicateur favorable, mais ne doit pas pour autant être considéré comme une assurance à 100% de voir le cheval briller.

Si vous êtes un joueur de simple placé, le rapport probable en jeu simple gagnant vous donne une belle indication. Même si les masses de ces deux jeux sont séparées, si un cheval est délaissé à la cote, il y a de fortes chances qu’il offre aussi un rapport intéressant en jeu simple placé. Aussi, si un cheval est grandissime favori et que vous ne croyez pas en ces chances, il peut être intéressant de jouer “contre” en jeu simple gagnant mais aussi en jeu simple placé car s’il ne se classe pas dans les trois premiers, les rapports en jeu simple placé seront conséquents.

Trouvez les paris intéressants grâce aux cotes turf

Le pari simple gagnant est le plus facile à comprendre pour les novices en turf. En effet, il consiste à miser sur un cheval qui doit gagner la course pour toucher le rapport simple gagnant. En outre, même si elle fluctue, la cote permet de connaître à peu près son espérance de gain.

Le jeu simple placé consiste à miser sur un cheval qui doit conclure dans les 3 premiers de la course (dans les 2 premiers pour les courses à 7 partants ou moins lors de la déclaration). C’est un jeu facile à comprendre, avec un bon taux de redistribution aux parieurs. En outre, il laisse plus de possibilités que le jeu simple gagnant. Si votre cheval subit les aléas de course mais finit fort à la 2e place, vous le touchez en jeu simple placé alors que le pari simple gagnant est perdant. 

Une fois que le parieur a acquis une certaine expérience dans le monde du turf, il peut se tourner vers d’autres jeux. Par exemple, le 2 sur 4, jeu qui consiste à choisir 2 chevaux qui doivent se classer parmi les 4 premiers de la course pour que votre pronostic soit gagnant.