Comment miser sur l’outsider ?

Au turf il y a les favoris, les outsiders et les tocards. Ici, nous allons nous intéresser à ceux qui ont des chances de battre les meilleurs, ces chevaux qui ont en règle générale une cote suffisamment intéressante pour être pris au sérieux dans l’optique d’un pari.

Qui est l’outsider ?

Le cheval, le jockey ou le propriétaire ? C’est une question qui peut prêter à sourire mais il est important de se la poser.

Pour commencer il faut savoir qu’un jockey dispute toutes ou presque toutes les courses d’une même réunion. Il va aussi courir pour plusieurs propriétaires. Chaque cheval ne court qu’une course par réunion.

Il est donc primordial de suivre, dans le meilleur des cas, les courses en direct pour évaluer l’action et l’intensité de l’effort, ou a minima consulter les résultats qui ont eu lieu précédemment pendant la réunion, pour connaître l’état de forme des cavaliers.

Un propriétaire peut avoir plusieurs intérêts dans une coures en proposant plusieurs chevaux sur la ligne de départ. Certains restent peut être sur de bons résultats la semaine précédente et l’objectif du jour sera certainement de mettre l’accent sur celui qui n’a rien gagné plutôt que celui qui est déjà affûté. Les propriétaires via leurs entraîneurs visent souvent le long terme dans la rentabilité de leur chevaux.

Ce qui fait d’un partant un outsider, c’est donc bien le cheval mais les éléments extérieurs à celui-ci feront réellement retentir la sonnette d’alarme aux oreilles des parieurs avertis. Sa vitalité, sa cote, l’analyse de l’évolution de celle-ci, la forme du jockey, ainsi que des composantes externes devraient vous permettre de viser juste dans votre prochain pari.

Affiner votre analyse

Nous sommes par exemple en début d’après-midi et la réunion 2 a bouclé trois de ses 9 courses prévues. A cet instant il est important de se renseigner sur les ordres d’arrivée, surtout s’il s’agit de galop.

Cette discipline demande beaucoup d’efforts de la part du jockey. Il est donc évident que les vainqueurs des précédentes courses se sont donnés à fond pour emmener leur cheval jusqu’au bout quand d’autres ont relâché leur effort quand ils ont vu qu’ils ne pouvaient pas attraper l’une des cinq premières places.

Il est donc inutile de miser sur Michel François qui vient de gagner la dernière course car il sera moins frais physiquement que ses adversaires directs.

Le ou les outsiders d’une course seront les chevaux dont :

  • La cote est sensiblement plus élevée que celles des favoris. Elle sera comprise entre 7 et 14.
  • La cote a connu une importante baisse entre la valeur fixe du matin et celle live, qui fluctue à l’approche du départ de la course (signe d’un regain de confiance de la part des turfistes). Elle peut atteindre 20.
  • Le très bon jockey n’a pas encore gagné de la journée.

Certains facteurs comme le handicap au turf ne seront pas à prendre en compte car il s’agit simplement d’un équilibrage théorique des attelages. Les fins connaisseurs et réguliers des paris hippiques pourront cependant y faire attention.

Bien miser sur l’outsider

Simple et combiné

Les paris simples sont peu utilisés mais sont un très bon moyen pour tester ses analyses. Un cheval dont la cote est de 10 est loin d’être un tocard. Vous ne vous ruinerez pas en plaçant un pari à 2€ sur lui.

Parfois aussi, certains jockeys auront peut être des intérêts dans une course. Faire gagner un cheval qui a une cote faible peut être bienvenu pour le propriétaire, entre autres. Quand la cote d’un cheval est assez forte et que le jockey est reconnu dans le milieu pour ses qualités, tentez votre chance en pari simple. Assurez vous de le faire en fin de réunion.

Les paris combinés sont plus délicats car ils prennent en compte plusieurs chevaux. On pense ici aux couplés, tiercés quartés voire quintés. Nous nous intéresserons ici aux deux premiers.

L’important est de mixer les cotes. Systématiquement, pensez favori + outsider ou outsider + outsider. Il est rare de voir tous les favoris à l’arrivée…

Cas pratique

Voici une course qui s’est déroulée à Deauville. Il s’agit de la 6ème course de la réunion. Ici Maxime Guyon a réalisé de belles courses mais n’en a pas gagné une de la journée. Il se présente avec un bon cheval, le 3. Il fait partie des favoris, tout comme le 9. Ce qui attire notre attention ici est la baisse de la cote en fonction de celle du matin. L’idée est de jouer ces chevaux avec des outsiders qui sont clairement le 1, le 6, le 8 voire le 7 qui possède une cote alternative. Or le driver du 8, Christophe Soumillon, vient de gagner les deux dernières courses. Nous l’enlevons donc de notre cible.

Nous miseront ainsi 2€ sur un couplé placé (les deux chevaux que nous choisissons doivent terminer dans le top 2) : 3-1, 3-6, et 3-7 ainsi que 9-1, 9-6, 9-8, 9-7 et 9-3 pour les deux favoris conjugués même si ce dernier résultat est peu probable.

Dans l’optique d’un tiercé (ou trio, tertio, triplé, selon le site sur lequel vous jouez), nous gardons notre ligne de conduite et misons encore 2€ à chaque fois pour un tiercé dans le désordre. Nous optons pour 9-7-1, 9-6-7, 9-6-1 et 3-6-7, 3-6-1 et 3-1-7. Notre mise totale est donc de : 28€ (16€ couplé + 12€ tiercé).

cote-chevaux-outsider

Verdict

L’arrivée de cette course officielle est : 3 – 6 – 7 – 5 – 9

Les gains, pour des mises de 1€ :

Couplé placé

  • 3-6 = 13.40€
  • 3-7 = 21.4€

Tiercé dans le désordre

  • 3-6-7 = 249.4€

Nous avons donc dépensé 28€ pour gagner (13.4 + 21.4 + 249.4) – 28 = 256.2 €

Préférez jouer le galop car au trot, certains attelages peuvent être disqualifiés et dans les courses d’obstacle, il peut y avoir des chutes. Au galop, tous les chevaux sont au moins à l’arrivée.

Cet article vous a-t-il été utile ?Oui   Non